Accélérer son ordinateur ancien sous Windows 7 grâce à son antivirus

Il y a quelques temps, je suis tombé sur l’annonce du passage à la gratuité de l’antivirus de Kaspersky, version basique, c’est-à-dire sans protection avancée complète (pléonasme ?).

Grâce à un tutoriel bien fait de l’ami suisse Strak, j’ai téléchargé et installé cet antivirus sur ma machine, un double cœur avec 4 Go de RAM et un HDD (pas de SSD donc, les 512 Go sont à plus de 100 €) où j’utilise Ubuntu 90 % du temps et Windows 7 pour quelques logiciels.

Continuer la lecture de « Accélérer son ordinateur ancien sous Windows 7 grâce à son antivirus »

Obtenir de l’aide sous Linux, c’est simple comme un coup de fil en ligne

J’ai rencontré un bug sous Ubuntu 16.10 : les logiciels non maximisés s’ouvraient sur le côté gauche de l’écran mais au lieu d’être collés au lanceur, situé à gauche, ils se collaient au bord gauche de l’écran.

Bonjour la lisibilité et les erreurs de manipulations, notamment pour fermer lesdits logiciels avec la croix en haut à gauche.

Voici les 2 captures d’écran que j’ai réalisé pour comprendre le problème :

Que faire ?

J’ai d’abord interrogé Google, sans succès, n’ayant pas identifié l’origine du problème, celui-ci étant survenu du jour au lendemain, peut-être après une mise à jour foireuse.

Réflexe : demander de l’aide sur le forum du principal site francophone sur Ubuntu.
Une fois arrivé sur le site, je remarque un lien “Support interactif“.
Intrigué, j’ai cliqué dessus pour arriver sur un canal IRC, via une applet webchat.
Vous pouvez le voir en arrière-plan des deux images ci-dessus.

En gros, j’ai posé une question et résolu le problème : remise à zéro de la configuration de Compiz en suivant les instructions de cette page : https://itsfoss.com/how-to-reset-unity-and-compiz-in-ubuntu-12-10/

Si je n’avais pas eu de réponse (fréquent sur IRC d’après mon expérience personnelle), j’aurai tenté le forum francophone cité plus haut, voire le forum principal en anglais, malgré un souci d’identification.

Si vous êtes sur Debian, en dehors du fait que les utilisateurs Debian n’ont pas besoin d’aide en général car plus avancés que de simples utilisateurs, vous pouvez essayer Debian-facile.

Et dans la vie réelle ?
A part l’excellente idée jamais mise en avant de Parrain-Linux, je ne vois pas.
Peut-être existe-t’il un Groupe d’Utilisateurs Linux (LUG) dans votre ville, mais comme toute rencontre réelle, c’est plus long pour se dépanner, sans garanties de réussite.

On connaissait tous un kissikoné sous Windows XP ou Windows 7.
Windows 10 plante moins… mais il plante quand même, hors le nombre de personnes pouvant dépanner rapidement à drastiquement diminué, soit pour aller sous Linux, soit pour rester sous Windows 7, soit par manque de motivation (syndrome “Je ne suis pas une hotline“).

Je ne sais pas si macOS plante, mais j’ai l’impression que le système roule tout seul.
A quel prix ?
J’avoue que j’aimerais bien tester un peu beaucoup ce système sur du matériel Apple.
Un jour peut-être ?

En attendant, Linux ou Windows sont voués à être liés au fameux Système D.

Windows 10 ou pourquoi Linux ne sera pas encore pour le grand public en 6 constatations et 1 conclusion

Sur mon ordinateur portable, 4 Go de RAM et un processeur plutôt lent, j’ai un dual boot Ubuntu (par défaut) et Windows 7 (parce que Linux ne sait pas tout faire).

Hier, sur un coup de tête, j’ai installé Windows 10 à la place de Windows 7.

Première constatation : j’ai galéré un peu pour trouver comment créer une clef USB pour démarrer et installer Windows 10.
Résolu en cherchant un peu mais l’utilitaire de Microsoft télécharge l’ISO avant de la copier.
Vive la fibre.

Deuxième constatation : l’installation est encore plus simplifié que celle de Windows 7.
Pas 36 questions durant l’installation, mais il faut faire gaffe où l’on clique si on veut réduire le pistage de l’utilisateur.

Troisième constatation : ça marche directement après l’installation, comprendre qu’il ne faut pas que j’aille rechercher des pilotes pour matériel obsolète, sachant que j’avais assez galéré pour Windows 7 (l’ordinateur était prévu pour Vista, on ne rigole pas).

Quatrième constatation : ça rame un peu plus que Windows 7, vive le mythe du matériel identique entre deux versions de Windows. L’avènement du SSD étant là, j’attends les 500 Go à moins de 100 €.

Cinquième constatation : quand on ne relie pas le compte local à un compte Microsoft, le cloud n’est pas trop présent, genre juste l’icône OneDrive dans l’explorateur de fichiers.

Sixième constatation : on sent le boulot effectué entre Windows 7 et Windows 10 au niveau praticité de l’explorateur de fichiers, je pense que sous le capot ça doit être pareil.

Conclusion personnelle : tu installes un Windows 10 (gratuitement sur un 7 ou un 8.x légal) et tu as une machine qui marche, il “suffit” d’installer les logiciels (vive Ninite), voire éventuellement les pilotes de la cartes graphiques (comme sous Linux avec son pilote libre par défaut qui fait bien pitié) et voilà.
Sous Linux, tu installes directement le système d’exploitation et les logiciels puis tu passes un bon gros moment à chercher pourquoi tel ou tel matériel ne marche pas et comment résoudre les problèmes.

Je caricature mais du Linux “out of the box”, je n’en ai pas souvent vu.
Ici, avec Windows 10, ça marche directement.
Mais je garde mon démarrage sur Ubuntu (au passage vive la galère à remettre Grub 2, merci Merdows) par défaut.

Linux a encore du chemin à faire pour être visible par le grand public sans que celui-ci ne se sente obligé de demander de l’aide