Obtenir de l’aide sous Linux, c’est simple comme un coup de fil en ligne

J’ai rencontré un bug sous Ubuntu 16.10 : les logiciels non maximisés s’ouvraient sur le côté gauche de l’écran mais au lieu d’être collés au lanceur, situé à gauche, ils se collaient au bord gauche de l’écran.

Bonjour la lisibilité et les erreurs de manipulations, notamment pour fermer lesdits logiciels avec la croix en haut à gauche.

Voici les 2 captures d’écran que j’ai réalisé pour comprendre le problème :

Que faire ?

J’ai d’abord interrogé Google, sans succès, n’ayant pas identifié l’origine du problème, celui-ci étant survenu du jour au lendemain, peut-être après une mise à jour foireuse.

Réflexe : demander de l’aide sur le forum du principal site francophone sur Ubuntu.
Une fois arrivé sur le site, je remarque un lien « Support interactif« .
Intrigué, j’ai cliqué dessus pour arriver sur un canal IRC, via une applet webchat.
Vous pouvez le voir en arrière-plan des deux images ci-dessus.

En gros, j’ai posé une question et résolu le problème : remise à zéro de la configuration de Compiz en suivant les instructions de cette page : https://itsfoss.com/how-to-reset-unity-and-compiz-in-ubuntu-12-10/

Si je n’avais pas eu de réponse (fréquent sur IRC d’après mon expérience personnelle), j’aurai tenté le forum francophone cité plus haut, voire le forum principal en anglais, malgré un souci d’identification.

Si vous êtes sur Debian, en dehors du fait que les utilisateurs Debian n’ont pas besoin d’aide en général car plus avancés que de simples utilisateurs, vous pouvez essayer Debian-facile.

Et dans la vie réelle ?
A part l’excellente idée jamais mise en avant de Parrain-Linux, je ne vois pas.
Peut-être existe-t’il un Groupe d’Utilisateurs Linux (LUG) dans votre ville, mais comme toute rencontre réelle, c’est plus long pour se dépanner, sans garanties de réussite.

On connaissait tous un kissikoné sous Windows XP ou Windows 7.
Windows 10 plante moins… mais il plante quand même, hors le nombre de personnes pouvant dépanner rapidement à drastiquement diminué, soit pour aller sous Linux, soit pour rester sous Windows 7, soit par manque de motivation (syndrome « Je ne suis pas une hotline« ).

Je ne sais pas si macOS plante, mais j’ai l’impression que le système roule tout seul.
A quel prix ?
J’avoue que j’aimerais bien tester un peu beaucoup ce système sur du matériel Apple.
Un jour peut-être ?

En attendant, Linux ou Windows sont voués à être liés au fameux Système D.

Rap moderne rafraîchissant : Nivek

Je suis tombé sur du rap ce matin, ce n’est pas un genre musical que j’écoute souvent, surtout en ces décennies, le rap étant vraiment symptomatique du c’était mieux avant malheureusement, bref, je vous invite à lire l’article de L’Accroche.net sur ce tourangeau et à écouter ses albums sur Bandcamp, voire à le soutenir en achetant son dernier opus (ou un précédent) sur ledit site.

Côté référence on trouve du Dragon Ball et des comics, un côté jeune dans tout ça…

De CyanogenMod à Lineage OS sur Samsung S2 i9100

En cette nouvelle année 2017, il est possible de passer de CyanogenMod à Lineage OS sur le Samsung Galaxy SII (S2/i9100).

Lineage OS késako ?

Rappel rapide : Cyanogen Inc., entreprise derrière Cyanogen OS et surtout CyanogenMod a tué le bébé qui a été dérivé (fork en anglais) sous le nom de Lineage OS.

Pour l’heure, la numérotation des versions suivant son cours,  rien de changé : Android 6 = CyanogenMod 13 = Lineage OS 13, Android 7.1 = CyanogenMod 14.1 = Lineage OS 14.1 !

Par contre, vu qu’aucune build n’est faite automatiquement, soit on reste sur la dernière de CM 13 soit le téléphone est passé sous CM 14.1, avec des builds non officielles, et maintenant sous Lineage OS 14.1, comme le montre cette capture d’écran.

Lineage OS 14.1 sur Samsung Galaxy SII I9100
Lineage OS 14.1 sur Samsung Galaxy SII I9100

Installer CyanogenMod 13 ou plus sur un Samsung Galaxy S2 (i9100)

L’un des billets le plus consulté de ce blog est celui sur l’installation de CyanogenMod 13 (CM 13 pour les intimes), sauf qu’il n’évoque pas assez complètement les détails de l’installation et du coup, je récolte des demandes d’aides en commentaires ou par e-mail directement, via la page de contact.
J’ai donc décidé de remettre au propre toute les étapes, en espérant que ça aide du monde 😉 !


Tout d’abord, il faut bien comprendre que la mémoire interne du Samsung Galaxy SII est de 16 GB mais seulement 512 MB sont dédiés au système Android (plus les Google Apps ou Gapps).

Hors, CM 13 et suivants nécessitent plus, environ 600 à 700 MB.
Que faire alors ?
Il suffit de repartitionner, c’est-à-dire redécouper, la mémoire interne.
En anglais, c’est opération est appelée « re-pit ».

Avant de commencer, vérifiez la taille de votre mémoire système, avec par exemple l’application DiskInfo et regardez la taille de la partition « System ».
Si elle ne fait pas 1 GB, il faut re-partitionner.

DiskInfo
DiskInfo montrant une partition « System » de 1 GB

Pour re-partitionner, il y a deux méthodes, décrites dans ces sujets :

Vous aurez besoin du logiciel Odin, éventuellement des pilotes Samsung USB et surtout des fichiers de re-pit.
Ces fichiers se trouvent à la fin du 1er message sur XDA.
Pour le fichier .pit, je vous suggère celui intitulé I9100_1GB-System_4GB-Data_512MB-Preload.pit ou celui I9100_1GB-System_6GB-Data_512MB-Preload.pit histoire d’avoir de la place.

Vous aurez également besoin d’un noyau (kernel) au format .tar, je vous suggère celui-ci : Isorec CM12.1 and CM13 Kernel

Il suffit ensuite, une fois les pilotes installés si besoin, de lancer Odin et de choisir les options (cases à cocher + fichiers à sélectionner) suivant l’image du message sur XDA, que je vous remets ici :

Options à sélectionner dans Odin pour re-partitionner
Options à sélectionner dans Odin pour re-partitionner

Une fois terminé, enlevez la batterie, remettez-là et allumez le téléphone avec les boutons [HOME]+[VOL. HAUT]+[POWER] pendant 5 à 10 secondes, pour redémarrer dans le recovery.
Formatez ensuite (wipe ou flash) la mémoire interne (si vous avez le choix du système de fichiers, choisissez ext4).

Si vous ne pouvez ou voulez pas utiliser cette méthode (pas de Windows sous la main par exemple), il est possible d’utiliser la seconde méthode.

Dans les 2 cas, une fois le re-partionnement effectué, et que vous êtes dans le recovery, il ne reste plus qu’à flasher CyanogenMod 13.

Pour installer CyanogenMod 13 (et ultérieur) ainsi que les Google Apps (éventuellement), il va falloir flasher 3 fichiers à la suite (cest-à-dire sans redémarrer entre chaque flash).

Procurez-vous d’abord le recovery ISOREC-TWRP, qui permet d’avoir un recovery qui ne peut pas être remplacé par celui se trouvant par défaut avec chaque compilation de CM (qui a tendance à bugguer).
Le fichier ZIP se trouve ici : https://www.androidfilehost.com/?fid=24369303960684130

Téléchargez ensuite la dernière version nightly (qui est stable malgré le nom) sous forme de fichier ZIP qui a été sauvegardé après la fin de CM : CM 13 20161218

Téléchargez enfin, si vous le souhaitez, les Google Apps en sélectionnant ARM/Android 6.0/Mini (ou Nano/Pico au choix).

Flashez les 3 fichiers (ou 2) fichiers ZIP à la suite et redémarrez.
Le téléphone va prendre un peu de temps au premier démarrage (jusqu’à 20 minutes) et vous voilà ensuite sous Android 6/CyanogenMod 13 !

Quelques remarques :

  • vous pouvez mettre à jour CM 13 (passer d’une nightly à une autre) via les mises à jour dans les paramètres ou en flashant via le recovery.
    Dans ce cas, nul besoin de re-flasher l’ISOREC-TWRP ou les Gapps)
  • vous pouvez mettre à jour l’ISOREC-TWRP en flashant le fichier IMG disponible sur le site officiel : https://twrp.me/devices/samsunggalaxys2i9100.html
  • si vous sautez l’étape de re-partitionnement, vous ne pourrez pas flasher CM 13 + les Gapps et vous aurez une erreur ressemblant « Install failed
    insufficient storage space available in system partition you may want to use a smaller open gapps package or consider removing some apps using gapps-config ».
  • CM 14.1 (sur la base d’Android 7.1) est disponible en alpha/beta, il suffit de formater la mémoire interne, flasher le ZIP puis éventuellement les Gapps (ARM/Android 7.1/Pico), mais c’est encore assez buggué.
  • le root est disponible d’office dans les options pour les développeurs, accessibles en tapotant Numéro de build 7 fois de suite.
    Par contre, oubliez supersu.

A vous de jouer 😀 et n’oubliez pas :

Je ne suis pas responsable des dysfonctionnements de votre smartphone, même si vous suivez les instructions à la lettre (et vous ne devriez pas en rencontrer).