J’ai récupéré, via une collègue (louée soit son nom), un vieil ordinateur portable Toshiba Satellite L300D-21Z (ne cherchez pas sur le site du constructeur, il n’existe pas, comme beaucoup d’ordinateurs portables construits en quantité limitée pour certains circuits de distribution) à base d’AMD Sempron SI-40 (monocore à 2 Ghz) + 3 Go de RAM + carte graphique ATI Radeon Mobility 3100 + disque dur de 160 Go, le tout couronné d’un écran 15 pouces.
Une foudre de guerre 😀 dont la faiblesse des composants est compensée par un design relativement léger et une connectique qui tient la route (3 port USB, bluetooth intégré en plus du Wi-Fi et de l’ethernet).
J’y ai vu l’opportunité d’équiper le dernier membre de la famille à savoir mon fils, 7 ans et demi.
Cela peut paraître précoce mais je pars du principe qu’il vaut mieux l’éduquer personnellement à l’usage informatique dès à présent, même de manière imparfaite, que d’attendre le collège et devoir acheter en urgence un ordinateur pour ses études.

Le PC ne démarrait plus pour cause d’encrassage de ventilateur. Enfin il démarrait et s’arrêtait de suite.
Un tour chez mon beau-frère (loué soit son nom), grand réparateur d’ordinateurs portables, qui l’a démonté, nettoyé, remonté et c’était reparti.

L’ordinateur était livré d’origine avec Windows Vista 32 bits puis avait été mis à jour en Windows 7 32 bits, de plus les drivers, même absents du site de Toshiba semblaient disponibles et trouvables relativement facilement, grâce notamment à Ma-Config.com (loué soit leur nom).
Il tournait relativement bien malgré quelques adwares/malwares dû à une pratique répandu que je n’aime pas : le streaming.
La faiblesse du processeur montrait vraiment ses limites en visionnage vidéo (sur YouTube par exemple).
J’ai commencé par fouiller le disque dur, récupérer les documents (photographies et autres) que j’ai redonné à la collègue via une clef USB.

Puis je me suis interrogé sur le devenir de la machine au niveau du système d’exploitation.
3 solutions possibles :

  • Windows 7 64 bits mais avec seulement 3 Go de RAM…
  • HandyLinux qui m’avait laissé une très bonne impression mais qui demande une bonne dose de configuration et me paraît plutôt orienté vers des gens ayant eu l’habitude de Windows et donc de l’outil informatique alors que mon fils a surtout l’habitude de sa 3DS, de manipuler une tablette ou de jouer à Angry Birds sur Facebook.
  • xubuntu qui demande aussi un peu de configuration post-installation mais me paraît assez simple pour m’attarder sur cette partie.

Je vais passer rapidement sur Windows 7 : réticence éthique et matérielle + deux démarrages sur deux clefs USB différentes (créée avec l’outil officiel de Microsoft ou unetbootin) finissant en BSOD ont eu raison de ce choix.
Comme je l’ai brièvement expliqué dans la liste au-dessus, j’ai préféré aller directement sur une xubuntu 14.10 et au moment où je tape ces lignes, l’installation se finit, installation qui n’a nécessité qu’un coup du créateur de disque de démarrage sous Ubuntu (paquet à installer : usb-creator-gtk).

Ce qui risque de me poser souci :

  • les touches FN (fonctions) que je vais devoir configurer via fnfx-client
  • ce qui surgira au fur et à mesure

Pour conclure, l’installation vient de se terminer avec succès et je déplore juste… le manque d’une écran pendant le chargement (petit arrêt cardiaque, je croyais à un plantage, merci l’expérience Windows 7) mais… c’est parti !

Publié par Gilles

Blogueur - Bibliothécaire - Parigot - Manchot : choisissez... ou mélangez !

9 réponses sur « Ordinateur de Jérémy #1 : le renoncement à Windows 7 »

  1. o/ !
    D’ailleurs, il y a une différence notable en xubuntu et Linux Mint avec XFCE ? Je vois de plus en plus, avec Cyrille Borne, de personnes sous Xubuntu. Je crois que je vais revoir ma politique d’install party 🙂

    1. En fait mon choix xubuntu VS HandyLinux vient du billet où CB disait qu’il passait sous xubuntu à cause de l’aide disponible sur le Net, qui est la force d’Ubuntu + xfce = bureau pratique et relativement léger.
      Alors que HL reste du Debian… et en 2015 trifouiller les fichiers de configuration, ça me gonfle, surtout à 37 ans 😉
      Après, faut relativiser sur l’utilisation de cet ordinateur : il faut que je compare Abiword et Writer mais mon fils est en CE1 donc pas vraiment besoin de bureautique… et les rares recherches Google (images) qu’il peut avoir à faire il les fait avec sa mère à côté sur l’ordinateur familial (Win7 + dual core / 4 Go de RAM / SSD) donc bon…
      Mais « l’habituer » à l’informatique est une bonne chose et je me souviens de ma classe de CM2 (années ’80) où l’instituteur se foutait ouvertement d’un camarade qui utilisait « beaucoup » l’ordinateur.
      Et comme je n’attends pas que l’école fasse ce travail (si c’est pour le former à MS Office, non merci)…
      En 2015, l’OS est un simple support au navigateur dans la vie courante.
      Et je ne parle pas du côté « Libre » dont je me fiche comme de l’an 40, dans ce cas.
      Me reste plus qu’à trouver un lecteur audio simple et performant (pas comme la mocheté lourde gmusicbrowser), idem pour la vidéo (Mplayer ?) et roule ma poule.

    2. Ha et pour ta question, Mint, je n’aime pas et si tu prends Mint, c’est pour utiliser Mate (voire Cinnamon) que je n’aime pas (les 2).
      Si tu veux du xfce, autant prendre une distribution « de base » (comprendre Debian voire Ubuntu) qui l’incorpore de base aussi.

  2. Chacun fait comme il veut, personnellement j’ai une Debian installée sur une ordinateur portable 15″ qui fonctionne impeccable depuis plusieurs années et je ne « trifouille » jamais les fichiers de configuration.
    A pluche.

    1. Étant habitué à Ubuntu, j’apprécie certains petits réglages de base (l’autocomplétion des commandes par exemple, même si c’est réglables sous Debian).
      Après… c’est une histoire de goût en effet.

  3. Je trouve qu’avec Linux Mint tout se ressemble quelque soit l’environnement de bureau choisi. On se retrouve toujours avec ce panel gris, ce vert partout et leur logo… Je ne suis pas fan d’Ubuntu, mais au moins, quand on change de variante, ça se voit visuellement, on n’a pas un XFCE avec un panel en haut et un dock sur la gauche et du orange partout…

    Même si une Debian XFCE est plus légère qu’une Xubuntu, cette dernière reste un bon compromis entre consommation de ressources faible et rendu graphique agréable, sans avoir besoin de trop bidouiller pour rendre l’utilisation facile à un « très débutant ».

    Pour le lecteur de musique, Clementine? Je n’utilise pratiquement jamais de lecteur audio à part Vlc, mais vu que je n’en lis que de bien sur le net… https://www.clementine-player.org/fr/

    1. Je butte sur l’austérité des thèmes xfce :/ donc va falloir voir.
      Gris = moche quand même.
      Par défaut, c’est gmusicbrowser qui est installé, je trouve que Clementine a le même défaut : grosse usine à gaz.
      Je vais tester VLC pour l’audio et la vidéo, voire si ça remplace les deux lecteurs par défaut sous xfce.
      EDIT : apparemment Parole est un lecteur audio et vidéo. Faudrait que je teste différent formats.

Les commentaires sont fermés.