Retour des vieux jeux : définitions

Suite à un article partagé via Shaarli, j’essaye de définir 3 notions différentes pour décrire le fait de ressortir aujourd’hui un vieux jeu ou une vieille licence.

Postulat de départ : Vicarious Visions a retravaillé les 3 premiers opus de Crash Bandicoot pour les ressortir sur PS4.

Sauf que le PDG parle de « remaster » plutôt que de « remake ».

Qu’entend-t’on à travers ces 2 termes ?

  • remaster : on prend les sources originales et on applique une couche de vernis (graphismes d’origines lissés et passage en HD par exemple) sans rajouts

  • remake : on refait le même jeu avec les standards du moment
  • reboot : on reprend le personnage, on gomme tout l’univers développé et on repart à zéro (Tomb Raider par exemple).

Pour Crash Bandicoot N. Sane Trilogy, le studio dit qu’il n’aurait pas refait le jeu à zéro mais juste repris les mêmes idées pour tout recréer car les sources n’étaient pas exploitables donc copie des niveaux avec améliorations visuelles, améliorations sonores, améliorations de jouabilité.

J’appelle ça un remake 🙂

Wii U ou comment Nintendo continue la même chose qu’avant

Logo Nintendo

Je (nous, famille oblige) possède une Wii U.
Mais si, vous savez, la dernière console de salon de Nintendo sortie fin 2011.
Je vais tâcher de lister et commenter ici quelques impressions après plusieurs mois d’utilisation.


Retour : j’avais une Wii depuis sa sortie en 2006.
Révolutionnaire à l’époque grâce à une manette assez innovante, la Wii a visé dès sa sortie une cible de joueurs peu concernés en théorie par le jeu vidéo : les joueurs occasionnels (en anglais : casual gamers), c’est-à-dire ceux qui n’achètent pas forcément les derniers gros jeux (AAA) mais qui peuvent préférer jouer pour se détendre pendant 15 minutes par exemple.
Je ne reviendrai pas sur le succès : la Wii a écrasée la concurrence à un point que Sony et Microsoft ont essayé de répliquer avec des manettes inspirées (PlayStation Move) ou même pas de manette du tout (Kinect). Echec (en partie seulement pour Microsoft, mais échec quand même, y compris et surtout sur sa dernière console).

Le revers de la médaille a été qu’en dehors des licences à succès de chez Nintendo (Mario et compagnie, Zelda, etc.), peu d’éditeurs tiers ont sortis des titres intéressants, surtout pour les joueurs plus confirmés (hardcore gamers).
A cela on peut ajouter la résolution aphique qui n’était pas en haute définition alors que la concurrence avait déjà franchi le pas.

Malgré tout, la Wii a été un franc succès et la succession est apparue un beau jour : la Wii U.

Bon d’accord, déjà, le nom voulait bien dire qu’il s’agissait surtout d’une évolution de la Wii et non pas d’une nouvelle console à proprement parler. Comme la PlayStation 4 ou la Xbox One en somme.
D’ailleurs, la Wii U est compatible avec les jeux Wii. Originaux ou pas…

De fait, la Wii U n’apporte que deux nouveautés : la haute définition (enfin !) et une manette avec une tablette tactile entre les boutons, un peu comme l’Archos GamePad.
De plus, Nintendo a communiqué comme quoi les « gamers » seraient aussi de la partie.

La réalité est toute autre.
En effet, peu d’éditeurs tiers ont sorti de grosses licences, à part Electronic Arts et son Call of Duty. On a pu voir Ubisoft sortir Assassin’s Creed (le 3 et 4, identiques à la version PS3).
Pas de quoi crier victoire pour les joueurs comme moi donc qui lorgnent avec envie les exclusivités des concurrentes :/ et ne peuvent se contenter que d’adaptations sans réels ajouts.
On peut noter cependant que certains jeux profitent pleinement du GamePad (la manette / tablette), comme Rayman Legends par exemple.

Parlons-en du Wii U GamePad : l’autonomie de la batterie (qui n’occupe la moitié de l’espace disponible !) ne dépasse pas quelques heures de jeu !
De plus, Nintendo lui a quand même ajouté des boutons pour la faire ressembler à une « vraie » manette de jeu mais la prise en main rappelle plutôt la première génération de manette Xbox 360 : on a l’impression de tenir deux grosses patates plutôt qu’une manette, même si on se familiarise après quelques heures de jeu.
Heureusement, son intérêt est ailleurs, comme la vérité 😀 !

Le GamePad permet en effet de jouer sur l’écran tactile intégré.
Deux modes de jeux sont disponibles suivant la décision des développeurs.
Ainsi, vous pouvez jouer carrément sur le GamePad, sans utiliser la télévision ou bien utiliser l’écran tactile en complément utile dans le jeu (accès inventaires, affichage d’informations supplémentaires).

La partie Internet a été améliorée et on peut avoir une liste d’amis comme sur les consoles concurrentes sans passer par un code à saisir.
Nintendo a intégrer un mini réseau social via la place Mii (devenue le Miiverse) mais pour la prise en main c’est raté : il faut y aller spécifiquement et les menus sont assez lourds à naviguer.
Idem pour parler avec d’autres joueurs : contrairement à mon expérience précédente sur PS3, il faut d’abord ajouter la personne dans ses amis (et qu’elle accepte) puis se connecter sur le Miiverse pour lui envoyer un message. Impossible donc de discuter véritablement pendant une partie.
Du coup, je reste sur ma faim pour cette partie-là et j’ai plutôt l’impression que tout a été développé à l’arrache pour les fameux « gamers ».
Raté pour le côté « social » 🙁 …

Enfin, les éditeurs tiers (Activision, Ubisoft, etc.) boudent la Wii U.
Du coup, la console va finir comme une Wii évoluée, avec 95% de licences Nintendo.

Ces licences (Mario, Zelda, etc.) ne sont pas mauvaises.
Mais pour un joueur plus qu’occasionnel, c’est dur de rester des heures sur un Mario Kart ou un Donkey Kong malgré leurs qualités graphiques par exemple.
J’attends le Zelda de 2015…

Et maintenant, que vais-je faire ?

Malheureusement, l’avenir de la Wii U me semble incertain.
Les possesseurs de Wii n’y verront qu’une mise à jour mineure, tant au niveau jeux qu’au niveau matériel.
Les possesseurs de consoles de la génération précédente, attirés par le prix, n’y trouveront pas beaucoup leur compte en terme de capacité matérielle ou en terme de licences à succès.

Une fois encore, Nintendo prouve qu’il sait très bien faire une console pour accueillir ses propres jeux.
Pour le reste, passez votre chemin…

Nintendo devient-il un équivalent d’Apple au pays des consoles avec un enfermement doré dans son univers exclusif ?

Je conclus en rappelant un petit détail qui, s’il peut paraître amusant, est symptomatique selon moi de ce qu’est devenu Nintendo, à savoir « zéro innovation » et « zéro amélioration » : quand vous achetez un jeu Wii U ou 3DS, vous trouverez dans le boîtier un code « fidélité » pour enregistrer votre achat. Ce code donne droit à un certain nombre de points (étoiles) sur un catalogue Nintendo en ligne.
Je ne vous décrirai pas la pauvreté du catalogue mais il faut noter qu’on peut aussi échanger ces points contre des cartes prépayées. Cartes valables uniquement dans les magasins Nintendo DS (pas 3DS) et Wii (pas Wii U).
Bravo Nintendo et merci pour ce moment cette rigolade.

Vivement la baisse de prix de la PlayStation 4 ?