Catégories
Blog

Enfants et parents à l’heure du confinement

Quelques retours sur l’enfermement avec des enfants pour cause de coronavirus.

Je suis confiné chez moi et j’ai deux enfants et alors qu’ils y voient des vacances moi j’y vois un test de charge en parentalité.

Dès le début des mesures de confinement, la fameuse continuité pédagogique, dont la définition ne semble pas la même pour tout le monde, a été évoquée, une expression signifiant tout simplement que désormais, les enfants devraient consulter régulièrement le site de leur établissement s’il existe, comprendre le fameux ENT et/ou le cahier de texte en ligne.

Pour ma fille en Petite Section de maternelle, pas de site en vue mais un e-mail régulier de sa maîtresse donc les devoirs (activités ludiques plutôt) arrivent par e-mail (Gmail, ça fera plaisir à Cyrille, mais elle ne dépend pas de l’Éducation nationale 😛 ).

Pour le fiston en 5è au collège, c’était plus coton et je ne sais pas si le plantage des sites du fait d’avoir 1000 connexions simultanées était dû à l’incompétence de quelque administrateur.ice système incompétent.e ou à l’imprévoyance économique en terme de besoin de serveurs pour tenir une charge soudaine.

Le fait est qu’il a fallu attendre 4 longgggggggggggggs jours (sans ironie) remplis d’injonction à propos de cette fameuse continuité pédagogique (les bons parents devaient faire l’école à la maison avec l’aide des professeur.e.s au taquet numériquement parlant, ne rigolez pas) avant que la consultation de Pronote puisse se faire en dehors de 5 heures du matin ou de 22 heures.

Je vous laisse relire le billet, toujours d’actualité, sur l’ENT et le cahier de texte numérique, c’est toujours d’actualité, sachant que les professeurs utilisent parfois les deux pour communiquer avec les élèves, lesquels élèves confondent les messageries avec celle de leur smartphone et ça part souvent en vrille donc c’est inutilisable pour suivre une conversation professeur.e/élève intéressante, que pour envoyer un document (un devoir par exemple), c’est via l’ENT car Pronote ne sait pas faire (en 2020, joindre des pièces-jointes est un défi semble-t’il), que mon fils ne lit de toute façon pas les messages des échanges susmentionnés.

Heureusement que nous avons une imprimante, du papier et de l’encre pour sortir les feuilles, je n’ose pas parler d’égalité devant l’informatique mais je doute que 100% des professeur.e.s et 100% des élèves se croisent en ligne, no comment…

Un autre point qui me fait sourire depuis le début de cette continuité pédagogique c’est l’appel incessant aux écrans.

Que les adultes soient hyperconnecté.e.s et le restent avec le télétravail par exemple, car la déconnexion prônée même par la loi est un leurre, c’est un fait.

Mais pour les enfants, rappelez-vous le fameux et sacro-saint 3-6-9-12 de Serge Tisseron qui dit en gros qu’il faut limiter et contrôler l’utilisation des écrans chez eux.
Déjà que de notre côté, c’était une cause plutôt vouée à l’échec de ne pas en avoir d’accessible avant 3 ans quand ta fille passe son temps à te regarder utiliser un ordinateur dans la pièce à vivre (gros échec personnel de ne pas avoir de pièce à part pour ça) ou un téléphone régulièrement (ce qui relativise l’échec susdit car sans l’ordinateur portable sur la table basse du salon j’utiliserais encore plus le smartphone), elle est déjà spectatrice de contenu, plus la télévision qui est allumée souvent.

Pour le fiston, c’est la PS4 qui est de mise (Fortnite vous connaissez ? 😀 ) ou le smartphone (le vénérable Obi MV1 de Cyrille est toujours fonctionnel malgré le fait qu’il rame un peu) avec son lot oreillettes et batterie externe.

Trop d’écrans !

Bonne nouvelle car depuis le début du confinement, les ressources gratuites à destination des enfants ne cessent de se répandre comme un nouveau remède miracle à l’enfermement avec eux ❗

Ainsi le Ministère de la Culture propose applications ludiques, visites de musée, plateforme de cours en ligne, etc.
Et ce n’est que l’une des nombreuses initiatives que l’on peut trouver sur Internet, vous en trouverez de nombreuses sur ce fil Reddit.
La télévision aussi n’est pas en reste avec France Télévisions qui remplace la salle de classe, à l’instar de YouTube et ses chaînes pédagogiques habituelles, comme si le vieux média linéaire prenait le train de la modernité à l’occasion du confinement.

Tout le monde sur les écrans brave gens, c’est là que se trouve la vie !

Finalement tout le monde semble avoir abandonné les précautions d’usage : oui je suis pour une diversité des contenus proposés sur Internet et sans les juger, que ça soit la visite du Louvre ou l’abonnement premium gratuit à Pornhub.
Mais est-ce différent d’un quotidien où la prudence reste de mise avec l’addiction possibles aux écrans ?
Je ne crois pas, il faut surveiller aussi bien l’activité des enfants que la notre, surtout quand les écrans sont censés remplacer encore plus la vie réelle sous couvert de continuité (télétravail ou enseignement).

Une incongruité m’est finalement venue à l’esprit la semaine dernière : les parents en règle générale ne sont-ils jamais plusieurs jours de suite avec leurs enfants ?

Personnellement, cela m’arrive plutôt souvent, ou du moins régulièrement, j’appelle ça les vacances !
Oui, le confinement, c’est le même cas de figure que lorsque vous posez des congés pendant les vacances scolaires et ça arrive à des millions de français.e.s tous les ans !
Alors faut-il qu’une épidémie, phénomène appelé à se répéter parait-il, vienne s’incruster pour changer la donne ?

D’accord, pendant les vacances, il y a des sorties faisables en famille, mais personnellement ce n’est pas tous les jours et les moments de glandage sont nombreux en ces périodes de repos.

Et pendant les vacances, je consulte mes e-mails professionnels, voire je travaille (j’ai un poste fortement lié au numérique donc la séparation travail / maison est souvent poreuse, dans les deux sens), même si c’est en mode ralenti.

Alors à quoi ressemble notre journée de confinement enfants / parents (madame travaille toujours) ?
Elle est assez réglée comme une horloge, et elle ne diffère quasiment pas d’une journée de vacances traditionnelle :

  • devoirs le matin après le petit-déjeuner
  • repos jusqu’au repas du midi
  • repas du midi
  • sieste et repos jusqu’au soir

La différence entre le confinement et les vacances reste la durée et le lieu des sorties.

Finalement, ce que je ne comprends pas, c’est la peur que semble provoquer le vivre ensemble appliqué au cercle familial.

Si vous avez peur de ne pas arriver à vivre avec des enfants, n’en faites pas au lieu de trouver des moyens de les occuper… sans vous !

Et pour finir en nostalgie, le tube du moment pour moi, avec du Cabu :

Par Parigot-Manchot

Blogueur + Bibliothécaire + Parigot + Manchot = choisissez... ou mélangez !

10 réponses sur « Enfants et parents à l’heure du confinement »

Euh, c’est tout à fait possible de déposer un devoir dans Pronote, dans l’espace élève. Encore faut-il que le prof active la fonction lorsqu’il poste un travail à faire.
Pour l’utilisation abusive des écrans, il semblerait que plusieurs parents aient fait la remarque de l’absence d’imprimante à la maison car depuis aujourd’hui, on ne compte plus les messages des profs disant qu’il n’était pas nécessaire de tout imprimer et que les élèves pouvaient très bien regarder les devoirs et les cours devant leur écran, voir éventuellement de les recopier sur leur cahier…
Alors quand il n’y a plus d’imprimante à la maison, on fait comment?
Les profs oublient vite aussi de leur côté que tous les enfants n’ont pas de pc et d’écrans à dispo h24 dans leur chambre…
Dans notre cas on est bien obligé de tout imprimer et on en est bien content : hors de question de rester toute la journée devant l’écran.

Nous avons juste la mention « A rendre sur papier » donc il faut scanner (tout le monde à ça chez lui ? o.O) ou prendre en photo sur smartphone et envoyer sur l’ENT bien pourri en messagerie avec le.a professeur.e…
Pour ma fille j’imprime aussi car ce sont des PDF d’activités.
Au final, j’essaye de ne pas RAJOUTER de l’écran à ce que nous autorisons d’habitude.

Vivre ensemble sans les échappatoires à l’extérieur : boulot, sports, loisirs, cours de langue, amante ou amant, etc, peut s’avérer difficile.
Quant aux enfants, ils n’ont pas choisi leurs parents… d:-)

Es-tu sponsorisé pour tes liens vers Le Louvre et pornhub ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.