Dans le précédent billet, je parlais de l’arrivée des ordinateurs envoyés par Cyrille.
Une fois tout déballé, il a fallu jouer aux chaises musicales avec la RAM et les disques durs pour avoir du matériel à utiliser de façon optimales.

Pour commencer, j’ai récupéré les barrettes de RAM (DDR2 et DDR3) et les disques durs des ordinateurs déjà à la maison.
Il a fallu également que je rachète de la DDR3 (1 x 4 Go) et de la DDR2 (2 x 2 Go), n’ayant pas trouvé de 4 Go en DDR2 en occasion.

Une fois le jeu des chaises musicales pour tout le démontage et remontage terminé, je me suis attaqué aux installations.

J’ai commencé par le D430, propulsé par un processeur Intel Core2Duo U7600 à 2 x 1,2 Ghz (de quoi rendre jaloux Didier 😛 ) et une carte graphique Intel 945 GMS.
Côté mémoire vive, la bête est équipé d’1 Go de RAM soudé avec un emplacement DDR2 en plus pour rajouter jusqu’à 1 Go, car le contrôleur Intel n’accepte pas plus de 2 Go au total !
Pour le disque dur, je suis tombé sur un format que je ne connaissais pas : 1,8 pouces avec un connecteur ZIF.

Disque dur Toshiba avec connecteur ZIFDu coup, impossible de le remplacer par un autre disque dur mécanique (HDD) ou SSD au vu du tarif prohibitif lié au format (seul avantage pour l’époque : l’encombrement très réduit et le positionnement « dans » la batterie).
Je résume : 2 cœurs de 1,6 Ghz + 2 Go de RAM + 60 Go de disque dur + Windows XP 😀 .
Par précaution, j’ai mis à jour le BIOS via la méthode FreeDOS, puis j’ai formaté le disque dur avec GParted.
Côté Linux, il a fallu réfléchir à une distribution légère mais surtout un environnement de bureau léger.
Choix cornélien avec au final 2 solutions possible : Xfce (que je n’aime pas) et Mate (qui se rapproche plus d’un environnement moderne).
Du coup j’ai installé Debian + Mate mais j’ai dû faire quelques réglages pour avoir un bureau utilisable pleinement donc j’ai ensuite installé Ubuntu Mate.
Reste la place occupée en mémoire par le navigateur, mais c’est une autre histoire !

Je me suis occupé ensuite du E4300, propulsé lui par un processeur Intel Core2Duo P9400 à 2 x 2,4 Ghz et une carte graphique Intel 945 GMS.
Côté mémoire vive, j’ai passé les 2 Go DDR3 (2 x 1 Go) à 5 Go (4 Go + 1 Go) et le disque dur est maintenant de 160 Go.
Rien de particulier en fait, j’en ai profité pour également mettre à jour le BIOS, cette fois en crackant avec chntpw le Windows 7 installé.
Côté Linux, vu que je tournais sur le Fujitsu (2 x 2 Ghz + 4 Go) sans trop de soucis de puissance avec Ubuntu, j’ai directement réinstallé cette distribution.
Bref, une affaire qui roule, avec une batterie qui donne encore environ 1h30 d’autonomie environ.
Cet ordinateur, doté d’un écran 13 pouces, est de toute façon destiné à mon fiston et éventuellement à madame selon les futurs besoins.

Et pour finir j’ai mis les mains dans un Dell Latitude E6500 qui tourne avec un processeur Core2Duo P8600 à 2 x 2,4 Ghz et une carte graphique Intel.
Côté mémoire vive, j’ai passé la capacité de 2 x 1 Go à 2 x 2 Go (DDR2), après avoir également mis à jour le BIOS (même méthode de crackage de Windows XP avec chntpw).
Le disque dur, récupéré sur le Fujitsu, est passé de 120 Go à 512 Go, et j’ai installé Ubuntu 16.04 LTS en double démarrage avec Windows 10, qui confirme son statut d’OS le plus lourd du monde : ça rame, ça met 3 x plus de temps à démarrer que Linux, etc.
Du coup, je pense repasser en Windows 7 éventuellement, toujours en deuxième choix de démarrage 😉 !

Je me retrouve donc avec un petit peu de stock en mémoire et disque dur, et un ordinateur plus puissant.

Publié par Gilles

Blogueur - Bibliothécaire - Parigot - Manchot : choisissez... ou mélangez !