Entre deux épisodes de séries télévisées, je regarde quand même quelques films, seul ou accompagné, et j’ai parfois des surprises, bonnes ou mauvaises.

Je commence par deux tentatives infructueuses de regarder un bon film, avec tout d’abord De@th on Live qui raconte comment des adolescents deviennent youtubeur(se)s en mettant des lentilles de contact connectées.
Un jeune enquête sur la mort de son frère, youtubeur de l’extrême.
Je ne vais pas vous raconter la fin, j’ai arrêté avant.
A noter l’inexistence de fiches sur Wikipédia ou Allociné (merci IMDb) !


On continue avec le très médiatique Love de Gaspar Noé.
L’histoire et simple : Murphy est prévenu par répondeur interposé que son ancienne petite amie Electra a disparu. Il se remémore alors le bon temps, entre baise et romantisme, amour et soirées dégénérées (et plan à 3, alors que sa vie quotidienne lui semble sans intérêt (il a mis en cloque la 3ème du plan à 3 et a perdu donc Electra au passage). Puis il nous embarque dans ses souvenirs pour rechercher Electra.

J’ai regardé environ 1h30, en me faisant violence.
Le rincipe du film à sa sortie était simple : un film d’auteur (comprendre chiant, même si ce n’est pas toujours le cas avec ce genre de films, heureusement) dont les scènes de sexe ne sont pas éludées, le tout en anglais sous-titré français, alors qu’il s’agit officiellement d’un film français, on saluera l’importance des dialogues.
Donc oui, d’habitude, 2 personnages s’embrassent et ça coupe (en gros).
Ici, pas de coupe, mais rien d’aussi voyeur que dans les films pornographiques (j’imagine :D), juste la réalité.
Du coup l’addition d’un film ennuyeux et des scènes de sexe explicites donnent… un film ennuyeux.
Sans intérêt pour moi, je ne sais pas si Electra réapparaît à la fin, mais je lui conseillerais de rester cachée…


Le dernier film vu récemment est The Captive (en français c’est Captives mais il  n’y a qu’une seule prisonnière, WTF !) qui raconte en parallèle la séquestration de Cassandra par son geôlier dans une pièce aménagée en appartement et l’enquête de police pour la retrouver 8 ans après son enlèvement, grâce à une photo trouvée sur Internet.
Le père de Cassandra est aussi de la partie, sa mère elle essaye de se raccrocher à la vie, tout en travaillant dans un hôtel dont les chambres dont elle s’occupe sont vidéo-surveillées… par le geôlier de Cassandra qui lui retransmet les images.
C’est donc un huis-clos bien glauque, avec du bon syndrome de Stockholm… ou pas, je n’ai pas vraiment compris ce point.
Le tout finit en happy end… ou pas.
Oui, le film laisse des question en suspens et ce n’est pas évident de s’y retrouver car le réalisateur intercale les moments de flashbacks d’une scène à l’autre sans prévenir, merci la date en bas de l’écran.
Le rôle le plus intéressant à mes yeux reste celui du kidnappeur.

[poll id= »6″]

Publié par Gilles

Blogueur - Bibliothécaire - Parigot - Manchot : choisissez... ou mélangez !

2 réponses sur « 2 films pour s’ennuyer et 1 pour se questionner »

  1. Encore un sondage? Un poste à l’IFOP bientôt ?
    A part Captives, je passe mon tour ….surtout pour Death on live avec l’Arobase pour faire connecté :D….

Les commentaires sont fermés.