Cake le film au titre sans rapport mais qui décrit bien la souffrance et ses effets secondaires

Un de ces quatre, il va vraiment falloir que je mette plus de 5 secondes à réfléchir pour les titres des billets.
Je vais donc vous parler du film Cake, trouvé sur l’un des articles de Cyrille.

Claire Bennett (Jennifer Aniston) souffre.
Physiquement (son corps est recouvert de cicatrices) et psychologiquement, à cause d’un accident de la route.
Elle vit seule, avec sa domestique d’origine mexicaine Adriana, qui lui sert de femme de ménage et de souffre-douleur. De confidente aussi.

Lors d’une réunion d’un groupe de paroles pour femmes, elle laisse sortir sa colère, car Claire est en colère.
Exclue du groupe après un coup de gueule contre Nina, une participante du groupe qui s’est suicidée récemment, elle va chercher à comprendre le geste de celle-ci.

Elle va alors croiser Roy Collins (Sam Worthington), le mari de Nina, ainsi que leur fils, le couple la ramène à sa propre vie, on devine que l’accident était plus qu’un simple accrochage.

Loin des films américains à base de héros et de happy end, on est triste pour Claire et personne ne peut lui en vouloir pour sa colère.
Mais elle doit avancer, avec des rencontres improbables et des personnages sans côté négatif, mais aussi avec des situations burlesques (la scène du restaurant mexicain).

Le rapport à la route est excellent dans ce film, l’accident de voiture a amené un gros mal de dos permanent qui oblige Claire a voyager allonger sur le siège passager.
Ou peut-être pour une autre raison.

On se relève avec une impression de légèreté.

Publié par Gilles

Blogueur - Bibliothécaire - Parigot - Manchot : choisissez... ou mélangez !