Comme je l’ai évoqué précédemment, j’ai acheté (et terminé ce week-end) le jeu vidéo Life Is Strange, sur PlayStation 4.
Je suis toujours à la recherche de jeux vidéo dans mon genre préféré : le jeu d’aventure, de préférence en pointer-et-cliquer.

Life Is Strange a été découpé et vendu en 5 épisodes que j’ai enhaîné sans trouver ce concept… intéressant mais il faut reconnaître que ce genre de jeu étant peu à la mode, le prix peu sembler moins rédhibitoire de cette façon et Telltale Games ayant créé la mode, je comprends que le studio Dontnod et/ou l’éditeur Square ai préféré tenter le marché de cette façon.

Comme dans tout jeu d’aventure, le scénario est important.
Vous incarnez Max Caulfield, revenue dans sa ville natale après 5 ans d’absence pour suivre des cours de photographie à l’université.
Très vite, vous allez comprendre que Max a un pouvoir : celui de remonter le temps de quelques (longues) minutes, histoire de changer le cours des évènements, ce qui arrive dès le début ou presque car vous devez sauver une punk junkie qui se révèle être votre meilleure amie d’enfance.
Mais l’histoire ne débute pas tout à fait dans l’université : vous cauchemardez au cœur d’une tempête qui détruit toute la ville, avec une forte tendance prémonitoire…

Comme dans tout jeu d’aventure, vous allez passer votre temps à examiner chaque éléments du décors, à dialoguer avec les personnages, suivre l’enquête de Max et son amie pour retrouver une étudiante disparue dans une université aux étudiants et personnels troubles…
Votre pouvoir va vous servir à mainte reprise, notamment lors des dialogues, histoire de sortir aux gens ce qu’ils ont envie d’entendre… ou pas !

Car c’est ici que se trouve le point le plus intéressant du jeu : vous avez le choix !
Le choix de vous faire des amis, de faire en sorte qu’une action en entraîne une autre, etc.
Vous allez être confronté à l’effet papillon à plusieurs époques car changer le passé a forcément de l’influence sur votre avenir, jusqu’à ne plus savoir ce qu’il faut changer…

Graphiquement, le jeu n’est pas parfait au niveau du rendu des personnages qui sont a mi chemin entre le dessin et le réalisme, sans trop se positionner sur l’un des deux choix.
Mais dans l’ensemble, le scénario est assez fort pour passer sur ces détails.

La maniabilité à la manette est… digne d’une manette, en comparaison avec la version PC jouable à la souris : vous risquez de passer quelques temps à positionner Max correctement et surtout l’angle de la caméra pour atteindre un point de l’écran à actionner.
Mais dans l’ensemble tout répond bien.

Vous noterez qu’à la fin de chaque épisode, le jeu propose des statistiques pour vous comparer aux autre joueurs quant aux choix que vous avez fait sur certaines actions et certains dialogues.

Les fans de jeux d’aventure peuvent se rassurer : le genre n’est pas mort et il a des arguments !

Avant de vous laisser avec la bande-annonce, je vous propose un petit sondage 🙂 !

[poll id= »4″]

Publié par Gilles

Blogueur - Bibliothécaire - Parigot - Manchot : choisissez... ou mélangez !