Hier soir, nous avons regardé le film 400 jours.
C’est un film de science-fiction indépendant (comprendre pas un blockbuster) qui pose des questions sans apporter directement la réponse.

De nos jours, 4 astronautes vont s’enfermer dans un bunker reproduisant les conditions d’un voyage dans l’espace pendant 400 jours, afin de s’entraîner à un périple futur.
Au bout des 400 jours, il va falloir sortir.
Dehors…

Je ne vous en dévoile pas plus mais le film est bien découpé en 2 parties.
D’abord le « voyage » qui permet de comprendre un peu la psychologie des personnages, même si cela reste assez basique : histoires d’amour, perte d’un être cher, fantasme de virilité, etc.
Forcément la tension ne va que s’accroître.

Le deuxième partie de l’histoire traite de l’extérieur et de ce que nos héros vont y trouver, ou pas.

Au final, la réponse à la question de savoir si tout est une simulation ou bien autre chose est à charge du spectateur.

Je ne vous en dévoile pas plus sur le scénario.

Côté acteurs et réalisations, j’ai senti des temps morts, probablement voulus pour coller à la lente évolution de l’expérience, ponctués par des discussions et des réflexions psychologiques.
Les acteurs sont à l’image de leur rôle : un peu fade.
Les histoires personnelles sont vraiment très peu développés et au final sans grand intérêt à part pour nous faire comprendre qu’ils semblent devenir u peu fous dans cet espace clos.

Pas d’effets spéciaux ici, tout se joue avec les décors, même la deuxième partie.

Le film est sorti directement en « Direct-to-video » (pas au cinéma), indépendance oblige.

Publié par Gilles

Blogueur - Bibliothécaire - Parigot - Manchot : choisissez... ou mélangez !