Utiliser Internet en toute intimité 2ème partie : qui être sur Internet ?

Sur Internet, comprendre en dehors de la vie réelle, il est possible d’être schizophrène et donc d’avoir plusieurs identités numériques.
Vu que j’en avais déjà parlé, je vais passer rapidement sur ce point.

La première création d’identité sur Internet arrive en général avec la création d’un compte e-mail, que ce soit quand vous prenez un abonnement à Internet ou bien juste quand vous avez besoin d’écrire et recevoir des e-mails.

Se pose alors la question : qui veux-je (j’adore cette tournure bien bancale) être sur Internet ?

Rien n’empêche d’avoir plusieurs identités et d’utiliser plusieurs degrés d’identification.

Vous pouvez garder la même identité que dans la vie réelle, avec votre prénom et votre nom de famille par exemple.
Votre adresse e-mail peut alors refléter cette identité, avec par exemple une tournure du genre prenom.nom@fournisseur.com ou bien, comme pour moi, prenom@nom.com. Il faut bien alors saisir que ce que vous laisserez comme trace avec cette identification vous reliera à votre vraie identité dans la vie réelle.
Pas génant si c’est votre volonté, pour pouvoir communiquer avec des gens que vous connaissez ou bien des services requérant une identification réelle et numérique, je pense notamment aux Services Publics.

Mais vous pouvez également choisir un pseudonyme, un surnom, bref une identité qui, même si elle n’est pas totalement anoymisante, sera plus difficile à relier à votre identité réelle.
Une adresse du genre pseudonyme@fournisseur.com est parfois plus facile à utiliser sur les forums de discussions, les réseaux sociaux, etc.
Evitez le ridicule et n’hésitez pas à vous lancer, sachant que l’on reste responsable de ces écrits même avec cette forme d’identité, appelée pseudonymat.

Enfin vous pouvez avoir envie d’une identité totalement anonyme.
Il faut y réfléchir, car pour se créer une adresse e-mail, peu de fournisseurs conviendront pour cette opération.
Les plus connus, non content de vous pister, demandent en général votre numéro de téléphone. Ce qui est moyen pour un anonymat total.
C’est quand même possible d’être anonyme, comprendre que personne ou presque ne pourra relier votre identité numérique à votre identité réelle.
A 100 % j’ai un doute, mais assez pour ne pas que les gens fassent le lien entre les deux.

Voilà, je pense que vous avez compris le concept d’identité numérique.
Demandez-vous maintenant pour quelle finalité vous avez besoin d’une ou plusieurs identités.

L’anonymat total ne me paraît pas faire parti des priorités, mais vous devriez réfléchir à la répartition des utilisations entre un anonymat relatif (pseudonymat) et une identité virtuelle facilement reliable à votre vie réelle.

Quelques exemples où une identité réelle me semble plus appropriée :

  • vie professionnelle, notamment la recherche d’emploi : mettre cathy95220pouet-pouet@yahoo.fr fait moins sérieux que d’utiliser nom et prénom.
  • vie associative : idem que précédemment, surtout pour des responsabilités
  • relation commerciale ou relation sociale avec des services publics : même remarque sur le côté « sérieux »
  • relation familiale : c’ets plutôt un besoin d’identification facile et de communication car lorsque votre relation familiale vous demndera votre adresse e-mail, elle la retiendra plus facilement si elle englobe votre identité réelle

Pour tout le reste (forums, réseaux sociaux, contatcs divers avec des inconnus, etc.), n’hésitez pas à utiliser un pseudonyme et une adresse le reflétant.
Cela suffira amplement pour garantir un anonymat relatif.

Quant à l’anonymat toal, vu la complexité à mettre en oeuvre, vous n’en aurez pas besoin tout de suite.

Exercices pratiques au programme du prochain billet sur ce thème 😉 .

anonymat[1]


Liste des articles de la série :

  1. Utiliser Internet en toute intimité 1ère partie : qui et quoi
  2. Utiliser Internet en toute intimité 2ème partie : qui être sur Internet ?
  3. Utiliser Internet en toute intimité 3ème partie : surfer ?
  4. Utiliser Internet en toute intimité 4ème partie : correspondre ?

Publié par Gilles

Blogueur - Bibliothécaire - Parigot - Manchot : choisissez... ou mélangez !