Ayant récemment vu en promotion le très vieux (1993 !) mais excellent (pour l’époque) The 7th Guest (Le 7ème Invité), je l’ai acheté et testé.
Mais ce ne fut pas de tout repos !

Principe

The 7th Guest (T7G pour les intimes ou les fainéants) est un jeu d’aventure, mélangeant des vidéos (film interactif) et des énigmes / puzzles tous plus tordus les uns que les autres.
Sorti en 1993, il fut l’un des premiers jeux disponibles uniquement sur CD-ROM et à permis, grâce à ses très bonnes ventes, d’accélérer l’adoption de ce nouveau support de stockage.
Côté scénario, nous sommes en présence d’un manoir hanté (enfants morts, personnes disparues) qui vous accueille, vous, le « septième invité » …
Énigmes corsées et histoire alambiquée sont au rendez-vous.

Voici l’introduction du jeu en vidéo pour commencer à vous faire une idée :

Graphisme

Nous sommes en 1993. Point de « HD » mais de très jolies vidéos (pour l’époque) mettent en valeur le jeu, avec des graphismes très beaux que croise le joueur dans chacune des nombreuses pièces du manoir.

Voici 4 images tirées du jeu, histoire d’apprécier à sa juste valeur ce qui se faisait de plus beaux à l’époque et qui le reste encore aujourd’hui :

Les vidéos se déclenchent soit lors d’un clic sur un objet soit lors d’un déplacement entre deux endroits.

Gameplay

Le jeu est assez simple à appréhender puisqu’il suffit de cliquer !
Le début de la vidéo d’introduction vous montre le menu de base qui ressemble à une planche de oui-ja et ensuite, on évolue dans les décors en cliquant sur les objets ou en se déplaçant grâce à l’icône en forme de main.
Du point & click sans autres indications que la forme de l’icône, ce qui peut dérouter et rend le jeu plus compliqué car il faut bien examiner chaque « tableau » de jeu.

On arrive alors aux deux défauts du jeu :

  • Il est très dur. Les énigmes sont… souvent compliquées et le mot est faible.
  • Il est en anglais non sous-titré et cela ajoute de la difficulté pour tenter de comprendre la logique du jeu (qui existe, j’vous jure)…

En dehors de ça, on reste absorbé par la qualité des graphismes.

Linux

Via Steam, le jeu est proposé pour Windows, Linux et Mac.
En fait, Night Dive Studios a utilisé ScummVM pour lancer le jeu, relié à l’interface Steam.
Il est donc tout à fait possible de faire pareil sous n’importe quel système supporté par ScummVM en l’installant à part et en sélectionnant les fichiers du jeu installés par Steam.
Sous Linux, ces fichiers se trouvent dans :

/home/XXX/.local/share/Steam/SteamApps/common

Je suppose qu’il est également possible d’utiliser DOSBox, sans toutefois le garantir, la facilité d’utilisation de ScummVM étant grandement satisfaisante pour pour profiter du jeu

Conclusion

Retour au source avec un jeu relativement compliqué mais qui peut séduire par son cachet nostalgique rappelant une époque lointaine.

[author-post-rating]

En savoir plus

Publié par Gilles

Blogueur - Bibliothécaire - Parigot - Manchot : choisissez... ou mélangez !

2 réponses sur « The 7th Guest »

  1. En 2014 j’apprends l’existence de ce jeu de 1993. Je n’y jouerai pas pluss aujourd’hui qu’hier mais j’apprends que ce jeu aurait eu une importance dans l’histoire du CD-ROM ; comme le « cadeau » dans les paquets d’une certaine lessive ?

    d:-)

    1. C’est en effet un jeu pour nostalgiques 🙂
      Et dans mes souvenirs, avec Myst, c’est un jeu qui a fait adopté le CD-ROM donc.. une pierre dans l’univers vidéoludique 🙂
      Mais en effet, ce n’est pas le jeu que je conseillerai à tout prix pour un débutant dans le jeu vidéo, même si on le trouve en général à 1,50 $ !
      Plutôt du LucasArts…

Les commentaires sont fermés.